L'accès au crédit : les mailles d'un nouveau tissu social

Photo
L'accès au crédit : les mailles d'un nouveau tissu social

L'accès au crédit : les mailles d'un nouveau tissu social

Contenu

Au Sud-Kivu, l’ensemble des projets qui visent l’amélioration des revenus et de l’accès à la nourriture sont basés sur les MUSO, ou Mutuelles de solidarité. Il s’agit de personnes qui se rassemblent en groupe pour épargner et s’octroyer des crédits. Très simples sur le papier, ces groupements revêtent pourtant des enjeux capitaux dans cette région du monde régulièrement touchée par des conflits armés : les MUSO recréent un tissu social, une confiance entre les individus à travers la volonté d’avancer dans la même direction.

Les Mutuelles de solidarité (MUSO) sont des groupes d’épargne solidaires, qui rassemblent une quinzaine de membres. Chaque mois, ils cotisent pour deux caisses différentes. La caisse d’épargne et de crédit, dite « caisse verte » permet d’octroyer des crédits aux membres du groupe qui en font la demande afin de développer leurs activités. Les prêts sont à rembourser en fonction des modalités définies par le groupe. La caisse sociale, dite « caisse rouge » permet, quant à elle, d’offrir un soutien financier aux membres du groupe qui connaissent un évènement heureux (mariage d’un enfant ou naissance) ou malheureux (deuil et maladie). Outre l’aspect de sécurité financière, ces caisses posent les jalons d’un nouveau tissu social, d’une confiance, qui permettront de porter, ensemble, d’autres projets. Une fois une MUSO constituée, ses membres peuvent donc bénéficier en commun des autres leviers de sécurité alimentaire et économique proposés par Louvain Coopération.

Des chèvres pour fertiliser les sols 

Pour faciliter l’accès à la matière organique de fertilisation, nous distribuons des chèvres aux paysans membres de MUSO. L’animal est confié au groupe qui désigne en son sein la personne responsable de le soigner et les chevreaux qui naissent sont distribués parmi les membres qui en ont besoin. Les crottins des bêtes permettent ainsi de fertiliser les champs de tout le groupe. « C’est ce que l’on appelle le crédit rotatif élevage », précise Olivier Matumaini, responsable de nos projets sécurité alimentaire en RDC. « Ce procédé permet aussi de renforcer la cohésion sociale au sein de chaque MUSO car ils doivent veiller ensemble à la bonne santé des animaux et se faire confiance. »

Techniques agricoles mises à l'épreuve

L’accroissement des productions agricoles en vue d’une plus grande disponibilité alimentaire est primordial au Sud-Kivu. Dans cet objectif, nos équipes forment les membres des MUSO par la méthode « Champs-école paysans » (CEP). Il s’agit de démontrer aux cultivateurs que l’utilisation de certaines techniques agricoles améliorées (semis en ligne, dispositifs anti-érosion, agroforesterie, association de cultures, labour, compostage…) leur permettra d’améliorer leurs rendements. Ce travail s’effectue sur une parcelle de leur choix, divisée en deux parties parfaitement égales en superficie et qualité. Les membres de plusieurs MUSO cultivent l’une des parcelles de manière traditionnelle et la seconde en mettant en œuvre les techniques apprises et promues par le projet. Au terme de ce processus, les récoltes sont comparées et les cultivateurs peuvent constater par eux-mêmes le surplus produit grâce aux nouvelles techniques. « Ainsi, avec peu de mots, une formation est transmise à un groupe de bénéficiaires. Ils comprennent que ces techniques ne sont pas difficiles à appliquer et qu’ils peuvent aussi les mettre en œuvre. »

Lire, écrire et compter

Pour mener à bien ces différentes activités, il importe que les membres des MUSO soient capables de lire, écrire et compter. Nombre d’entre eux, les femmes en particulier, n’ont pas eu suffisamment accès à l’école pour se débrouiller avec les chiffres et les lettres. Louvain Coopération et ses partenaires mettent donc en place des cours d’alphabétisation fonctionnelle (orientée vers les domaines d’activités de la majorité des apprenants) et conscientisante (pour conscientiser les apprenants sur leurs droits) destinés aux bénéficiaires de nos actions.

Entreprendre pour diversifier les revenus

Au sein des MUSO, de nombreuses personnes développent une petite activité entrepreneuriale pour augmenter les revenus issus de l’agriculture. Louvain Coopération appuie ces micro-entrepreneurs afin de développer et assurer la viabilité de leur activité économique. « Dans cet objectif, nous avons formé des équipes mobiles de formateurs bénévoles (EMOFOR). Elles sont dans les villages, sur le terrain, et accompagnent au quotidien les entrepreneurs dans la gestion de leurs activités entrepreneuriales », précise Olivier Matumaini. Suivant les besoins identifiés, les micro-entrepreneurs reçoivent des formations adaptées et peuvent alors mieux gérer et développer leur micro-entreprise et les revenus qui en découlent.