Témoignage : Assistante Junior à La Direction régionale de LC pour l’Amérique Andine

Photo
émoignage

Témoignage : Assistante Junior à La Direction régionale de LC pour l’Amérique Andine

Contenu

Louvain Coopération vient de diffuser la version finale de sa méthodologie OIE (Outil(s) d’Intégration Environnementale). C’est l’occasion pour moi de témoigner de ma participation à cette aventure, une histoire commune permise par le Programme Junior d’ENABEL, l’agence belge de développement.

En décembre 2015, après avoir été sectionnée pour le Programme Junior, j’ai identifié un poste de responsable de capitalisation de l’expérience d’intégration environnementale de la Direction Régionale Amérique Andine, basée à La Paz, de l’ONG Louvain Coopération. J’étais âgée de 26 ans et j’avais Master de bioingénieur de l’Université Libre de Bruxelles en poche, au cours duquel j’avais réalisé mon mémoire de fin d’étude sur une problématique environnementale. J’avais déjà une expérience professionnelle de deux ans dans la régularisation des permis environnementaux d’une des principales intercommunales belges de production et distribution d’eau potable. Ce projet en Bolivie était une réelle occasion pour poursuivre mon expérience à l’international et dans le secteur de l’environnement.

Selon le descriptif de poste, j’allais devoir dessiner et opérationnaliser le processus de capitalisation d’expérience, sensibiliser les partenaires boliviens et péruviens de l’ONG aux aspects environnementaux, et accompagner le suivi et l’évaluation des programmes de Louvain Coopération en Amérique Andine. La réalité sera tout autre… et bien plus intéressante.

Au cours des cinq années précédant mon stage, Louvain Coopération avait développé une méthodologie appelée Outil d’Intégration Environnementale (OIE) qui consistait en, premièrement, une série de questions sur les liens entre un projet de développement et son environnement, distribuées aux différentes étapes de la Gestion de Cycle de Projet (GCP) et, deuxièmement, un manuel d’utilisation. Les deux documents étaient disponibles en français, mais également en anglais et en espagnol. Pour arriver à ce résultat, Louvain Coopération avait d’abord fait appel à une bénévole pendant six mois et à une première Assistante Junior d’ENABEL pendant un an.

bolivieA mon arrivée à La Paz en avril 2016, j’ai été chargée de tester l’outil auprès des partenaires boliviens et péruviens de l’organisation afin d’orienter son amélioration. Quelques mois plus tard, en octobre 2016, j’ai été envoyée en mission pendant une semaine au Bénin pour « renforcer les capacités sur l’intégration environnementale dans les Projets et Programmes de Sécurité Alimentaire et Economique de Louvain Coopération en Afrique de l’Ouest ». J’y étais accompagnée du Directeur de Louvain Coopération à La Paz, Daniel Perez Cueto, et nos échanges avec les collègues et partenaires du Bénin et du Togo nous ont rapidement amenés à envisager une déclinaison de l’OIE applicable au niveau d’une entreprise. Autrement dit, qui se focaliserait sur les relations entre l’environnement et une activité productive spécifique. C’est à partir de ce moment que j’ai développé une déclinaison de l’OIE : l’OIE-Producteur/Productrice ainsi que sa méthodologie. Une méthodologie visant à la sensibilisation des producteur.trice.s et aux auto-engagements environnementaux qui peuvent en découler. En parallèle, j’ai continué à travailler sur l’amélioration de l’OIE-Programme.

Le débriefing au Siège de cette mission béninoise a définitivement réorienté ma fonction. Je suis devenue référente de Louvain Coopération pour les OIE L’OIE-Programme que j’ai amélioré et l’OIE-Producteur/Productrice que j’ai proposé. Tous deux ont été diffusés dans toutes les zones d’intervention de Louvain Coopération. Depuis La Paz, j’ai accompagné l’utilisation des OIE par les collègues de Louvain Coopération : d’Arequipa au Pérou à Kompong Thom au Cambodge en passant par Morondava à Madagascar. J’ai vu du pays à distance tout en continuant à profiter le weekend des montagnes environnantes, avec des ascensions régulières à plus de 6000 mètres au-dessus de la mer. Ces incroyables expéditions, extrêmement riches en émotions, que j’ai eu la chance de partager avec des êtres chers, m’ont permis de découvrir une nouvelle facette de l’aventure à l’étranger, du concept de « coopération » et du dépassement de soi.

En mai 2017, je suis rentrée en Belgique pour mon entretien annuel d’évaluation et j’ai contribué à la campagne de diffusion des OIE mise en route par le pilote du chantier au Siège, Vincent Henin. Nous avons présenté les OIE au Groupe Thématique Environnement de la Fédération des ONG de coopération au développement (ACODEV), à quelques techniciens d’ENABEL, à un professeur de l’Université Catholique de Louvain, Marnik Vanclooster et à sa post-doctorante Alice Alonso, tous deux membres du réseau interuniversitaire KLIMOS (Climat et Coopération au Développement). Nous sommes également intervenus au Stage méthodologique en conception de projets pour le Développement Durable organisé par ECLOSIO (ex-ADG) à la demande de l’Agence Wallonne de l'Air et du Climat-AWAC. J’y ai retrouvé un partenaire du Bénin, Blaise Faton du Guichet d’Economie Locale du Sud-Bénin (GEL-SB) qui nous a aidé à former aux OIE la douzaine de participants au stage et les collègues d’ECLOSIO et ULB-Coopération, les ONG universitaires avec lesquelles Louvain Coopération et la FUCID ont formé le consortium Uni4Coop.

Mon poste ayant été prolongé pour un an, je suis retournée à La Paz en juin 2017 d’où j’ai continué à interagir avec les différents collègues de Louvain Coopération, mais aussi avec d’autres organisations, soit étant intéressées par les OIE, soit dont les expériences ont permis d’enrichir les OIE. Ces interactions m’ont permis d’orienter la version suivante des OIE, objectif principal de ma seconde année de contrat.

En octobre, j’ai malheureusement été contrainte d’interrompre ma contribution à ce chantier pour raison médicale, mon état de santé exigeant un rapatriement en Belgique et un arrêt médical de longue durée. Après m’être concentrée sur mes traitements médicaux jusque fin d’année 2017, j’ai repris contact avec Vincent Henin qui était alors en finalisation du chantier avec l’aide de bénévoles. Il me tenait à cœur de soutenir à distance, et au gré de mes disponibilités, Sacha, Liz, Angélica et Paula à terminer les versions finales des OIE-Programme et OIE-Producteur/Productrice ainsi que leurs traductions respectives en anglais et espagnol.

Finalement, ce travail aura été utile non seulement pour Louvain Coopération et ses partenaires mais également pour le secteur de la coopération dans son ensemble, les OIE étant utilisés et reconnus par plusieurs organisations. Je ne peux aujourd’hui qu’être fière d’avoir contribué substantiellement à cette réussite que je vous invite à découvrir sur cette page :  www.louvaincooperation.org/fr/environnement.