Nourrir les villes, un vrai défi !

Photo
Agriculture urbaine

Nourrir les villes, un vrai défi !

Contenu

L’agriculture urbaine fleurit autour du globe. Que ce soit à Détroit, à Paris, à Milan ou à Bruxelles de plus en plus de villes prennent à bras le corps la sécurité alimentaire de leurs citadins. De par la vulnérabilité croissante des villes face aux crash environnementaux et économiques, l’agriculture urbaine fait un saut vers l’agriculture de demain.

Nous ne devons plus vous rappeler l’essor des potagers urbains dans le monde, ils ont fait le tour de la toile. A paris, le centre commercial Beaugrenelle s’est doté d’un toit de 7000 m2 entièrement végétalisé. A détroit, des fermes urbaines ont fleuri là où les usines ont péri. Bruxelles n’est pas en reste, comptabilisant plus de 260 potagers collectifs dont le « potage-toit » sur le toit de la bibliothèque royale. Mais le sud n’est pas en reste !

En Bolivie, Louvain Coopération et la Fondation Alternativas travaillent depuis 2014 à la diffusion de l’agriculture urbaine au travers du projet Huerto Lak’a uta, un potager situé sur les flancs de la ville de La Paz, à plus de 3600 mètres d’altitude. Pionnier en matière de potager communautaire en Bolivie, ce projet vise à motiver les citadins à produire leur propre nourriture sans pesticides ou intrants chimiques dans le but d’être moins vulnérables aux fluctuations du marché et de se donner l’accès à une nourriture plus saine, autrement dit, d’être plus résilients face aux chocs extérieurs. Les activités qui ont lieu dans ce jardin vont plus loin que la simple production alimentaire. Huerto Lak’a uta a une réelle fonction éducative. En effet, chaque semaine, des groupes d’enfants et d’adultes viennent s’essayer à la plantation ce qui permet à tous de se rendre compte de la facilité de produire sa propre nourriture chez soi.

Enfin, l’expérience menée dans ce potager dépasser l’expérience individuelle, c’est une expérience partagée. C’est une réelle communauté qui se crée et qui permet des échanges de tous horizons entre les différents bénéficiaires.